Gramsci Antonio - Images vectorielles gratuites sur Pixabay
Dans cette vidéo qui date d'environ quatre mois ce jeune Targui se plaint qu'à Tamanrasset le dialecte kabyle remplace le Tifinagh. D'autres jeunes algériens d'autres zones du Sahara ont identifié la même dynamique. Le remplacement des dialectes berbères actuels par une forme dominante qui imposerait aux autres sa grammaire ne sont pas que source de frictions et de futures divisions. Il réalise le contraire des motivations  et des buts  premiers de préservation de notre patrimoine linguistique populaire y compris la darija. Il est essentiel pour notre cohésion nationale que ces germes de dissensions ou divisions soient combattus ainsi que la "concurrence à l'authenticité". Comme pour toute hégémonie culturelle, l'hégémonie d'un dialecte est le premier d'une hégémonie sociale, politique et économique.  Cet texte d'Antiono Gramsci peut éclairer notre propre débat national sur cette question. 
 

« Il est évident que celui qui écrit une grammaire normative ne peut pas ignorer l’histoire de la langue dont il veut proposer une « phase exemplaire » comme la « seule » digne de devenir de façon « organique » et « totalitaire » la langue « commune » d’une nation, en lutte et en concurrence avec d’autres « phases » , avec d’autres types ou d’autres schémas qui existent déjà (liés à des développements traditionnels ou à des tentatives inorganiques et incohérentes des forces qui, comme on l’a vu, agissent continuellement sur les « grammaires » spontanées et immanentes au langage). La grammaire historique ne peut pas ne pas être « comparative « : expression qui analysée à fond, indique la conscience intime que le fait linguistique, comme tout autre fait historique, ne peut pas avoir de frontières nationales strictement définies, mais que l’histoire est toujours « histoire mondiale » et que les histoires particulières ne vivent que dans le cadre de l’histoire mondiale. La grammaire normative a d’autres buts, même si elle ne peut pas imaginer la langue nationale hors du cadre des autres langues, qui influent par des voies innombrables et souvent difficiles à contrôler sur cette langue (qui peut contrôler l’apport des innovations linguistiques dû aux émigrants rapatriés, aux voyageurs, aux lecteurs de journaux en langues étrangères, aux traducteurs, etc.).

La grammaire normative écrite présuppose donc toujours un e choix » , une orientation culturelle, c’est-à-dire qu’elle est toujours un acte de politique culturelle nationale. On pourra discuter sur la meilleure façon de présenter le « choix » et l’ « orientation » pour les faire accepter de bon gré, autrement dit on pourra discuter des moyens les plus opportuns pour obtenir le but; il n’y a pas de doute qu’il y ait un but à atteindre, qui a besoin de moyens appropriés et conformes, c’est-à-dire qu’il s’agisse d’un acte politique.

Problèmes : quelle est la nature de cet acte politique et doit-il soulever des oppositions de « principe « , une collaboration de fait, des oppositions de détail, etc. Si l’on part du présupposé qu’il faut centraliser ce qui existe déjà à l’état diffus, disséminé mais inorganique et incohérent, il semble évident qu’une opposition de principe n’est pas rationnelle; il faut au contraire une collaboration de fait et une acceptation volontaire de tout ce qui peut servir à créer une langue nationale commune, dont la non-existence provoque des frictions surtout dans les masses populaires où les particularismes locaux et les phénomènes de psychologie étroite et provinciale sont plus tenaces qu’on ne le croit; il s’agit en somme d’une intensification de la lutte contre l’analphabétisme, etc. L’opposition de fait existe déjà dans la résistance des masses à se dépouiller d’habitudes et de psychologies particularistes. Résistance stupide provoquée par les adeptes fanatiques des langues internationales [3]. Il est clair que dans cet ordre de problèmes, on ne peut pas discuter la question de la lutte nationale d’une culture hégémonique contre d’autres nationalités ou restes de nationalités. »

Antonio Gramsci.

Lien vers la totalité du texte : https://www.marxists.org/francais/gramsci/intell/intell4.htm?fbclid=IwAR0e3X8sUsU8yFROHUm02IXq2ndBEez3LSS0bjJWbcVwy3dGolwdzWofa88