Ce passage est extrait, à la demande d’un ami, de la première émission sur « L’idéologie coloniale » réalisée par Hacene Arab, radio chaîne 3.